Contre le changement climatique, les motos sont une chance !

Contre le changement climatique, les motos sont une chance !

Pour Dolf Willigers de la FEMA : « Les motos ne sont pas un problème mais font au contraire partie de la solution face aux ambitions climatiques actuelles ».

L’efficacité énergétique et matérielle des motos pourrait offrir des chances dans un environnement où la décarbonisation et la réduction du poids et des matériaux sont les nouveaux objectifs.

Le 14 juillet 2021, le gouvernement britannique et la Commission européenne ont présenté leurs plans de réduction des émissions de CO2. Une partie de leurs plans incluent l’interdiction de la vente de véhicules neufs qui n’ont pas une émission d’échappement de CO2 nulle. Cela sonnait mal pour une grande partie de la communauté des motocyclistes.

Cependant, la résistance a rapidement été exprimée par les législateurs, les groupes sociaux, les parties prenantes industrielles et d’autres qui ont vu des inconvénients dans ces plans. Les critiques sont très nombreuses :

  • Manque de neutralité technologique
  • Une focalisation excessive sur une solution, ignorant d’autres solutions, ce qui conduit à une plus grande fragilité et à des effets négatifs possibles sur le développement scientifique et économique
  • Le risque de coûts trop élevés, en particulier pour les citoyens à faible revenu
  • Perte d’emplois qui ne peuvent être remplacés par d’autres emplois
  • Pas assez d’électricité provenant de sources renouvelables
  • Un réseau obsolète et insuffisant
  • Une très longue période de transition pour laquelle il n’y aurait pas d’alternative
  • Enfin, l’effet La Havane : les véhicules existants seront utilisés plus longtemps qu’ils ne devraient l’être d’un point de vue environnemental parce que les propriétaires ne veulent pas ou ne peuvent pas les remplacer par des véhicules électriques.

L’une des solutions alternatives proposées est l’utilisation de carburants renouvelables à faible teneur en carbone (agro-carburants par ex). Cela n’entraînera pas zéro émission de CO2 à l’échappement, mais cela ne fournira aucune émission de CO2 du « puits à la roue » (cycle de vie) et cela raccourcira la période de transition. C’est la solution que nous soutenons : motos électriques à batterie et autres véhicules légers (catégorie L) pour une utilisation dans les villes sur de courtes distances. Et pour les longues distances et la conduite de loisirs, motos thermiques alimentés par des carburants renouvelables à faible teneur en carbone.

Il y a un autre problème qui est exprimé plus souvent. Les voitures, en particulier électriques et hybrides-électriques, deviennent beaucoup trop lourdes. Alors qu’il y a 20 ans, une voiture de classe moyenne pesait à peine plus de 1200 kg, de nos jours, les nouveaux modèles de voitures pèsent souvent plus de 2000 kg.

Par exemple, un SUV Volkswagen Tiguan en 2010 pesait 1412 kg, un SUV Volkswagen ID4 77kWh pèse aujourd’hui 2055 kg. Tout ce poids doit être mis en mouvement, ce qui est mauvais pour l’économie de carburant. Mais cela signifie également plus d’usure sur la suspension, les pneus (note FFMC : et les freins, pneus et freins étant émetteurs de particules fines) et les revêtements routiers, la nécessité d’adapter l’infrastructure routière (barrières) à ce poids plus élevé et un risque plus élevé pour les autres usagers de la route, particulièrement vulnérables, en cas d’accident. En outre, un poids plus élevé signifie plus de matières premières pour fabriquer le véhicule, ce qui signifie plus d’utilisation, souvent rares et coûteuses, de produits et plus d’émissions de CO2 pendant le processus de fabrication du véhicule. Des véhicules plus lourds sont néfastes à l’environnement et à la sécurité routière.

Récemment, la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE) du Parlement européen a adopté un rapport de l’eurodéputé Dominique Riquet, avec lequel la Commission européenne a été appelée non seulement à examiner des alternatives à la propulsion électrique à batterie, comme les véhicules qui utilisent des carburants à faible teneur en carbone provenant de sources renouvelables, mais aussi à « élaborer des propositions visant à encourager la réduction de poids, y compris pour les véhicules à émissions faibles et nulles, afin d’encourager la production de véhicules plus économes en matériaux ».

Dans son rapport, Dominique Riquet écrit : « Si le rapporteur soutient l’électrification du parc automobile et l’évolution vers le zéro émission, il craint que des décisions politiques prématurées ne sous-estiment les coûts économiques, industriels, sociaux et écologiques de cette transition. Les véhicules à batterie ne sont pas « zéro émission » dans le respect de l’environnement (compte tenu de l’empreinte carbone de leur fabrication, du poids des véhicules, de l’origine de l’électricité, de l’extraction et de la fourniture de matériaux, et encore moins dans un contexte de pression accrue pour extraire ces ressources avec des projections pour la production de batteries multipliées par vingt d’ici 2050).

Des questions sérieuses doivent également être posées sur nos réseaux électriques (en termes de décarbonation, de disponibilité, de performance et de normalisation) et sur les infrastructures de recharge (taille du réseau corrélée à l’autonomie, exigences d’investissement élevées alors que les États membres subiront des pertes et des transferts de recettes fiscales sur les carburants). Tout miser sur une seule technologie saperait en même temps d’autres secteurs en provoquant des perturbations industrielles majeures dans la R&D, l’emploi et la compétitivité européenne. » (Photo reproduite avec l’aimable autorisation du Groupe PPE).

Cela ne peut signifier qu’une chose : se débarrasser des voitures et des fourgonnettes lourdes dans la mesure du possible et utiliser des véhicules de catégorie L comme les motos. Nous soutenons cela parce que cela confirme ce que nous disons depuis des années.

Les motos sont plus petites, plus légères, consomment moins de carburant, prennent moins de place, utilisent moins de matériaux pour être produites et, pendant tout leur cycle de vie, émettent beaucoup moins de CO2 et d’autres gaz à effet de serre, de matériaux polluants et de particules que les voitures.

Encore une fois, cela montre que les motos ne sont pas le problème mais une partie de la solution et vont bien avec les ambitions climatiques actuelles.

Écrit par Dolf Wiligers
Photo du haut avec l’aimable autorisation de BP – Cet article est soumis aux droits d’auteur de la FEMA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*