CT : COMMUNIQUÉ DE PRESSE FFM ET FFMC DU 18 MAI 2022

CT : COMMUNIQUÉ DE PRESSE FFM ET FFMC DU 18 MAI 2022

La FFM et la FFMC tiennent à clarifier les conséquences de la décision rendue par le Conseil d’État ce mardi 17 mai.

Le Conseil d’État suspend le décret de mise en place du contrôle technique au 01/01/2023… décision du Conseil d’État qui ne change rien sur le fond.

Dans un communiqué publié hier, le Conseil d’État, saisi par les associations « Respire », « Ras-le-Scoot » et « Paris sans voiture », suspend le report au 01/01/2023 de la mise en œuvre du contrôle technique (CT) moto, initialement fixé par un décret du 9 aout 2021.

Le gouvernement avait, au cours de l’été dernier, annoncé son intention de ne pas imposer le CT aux 2RM en proposant des mesures alternatives comme le permet la directive européenne 2014/45/UE. Le nouveau décret instituant ces dispositions n’a toujours pas été signé. La FFMC et la FFM rappellent que le contrôle technique moto n’a aucun intérêt pour l’amélioration de la sécurité routière (moins de 0.4 % des accidents de deux roues motorisés (2RM) sont liés à une défaillance technique du véhicule).

Dans tous les cas, cette décision ne remet rien en cause sur le fond, elle ne fait que suspendre la date d’application du décret du 9 aout 2021 ; par ailleurs, une demande de dérogation a bien été adressée par l’État Français auprès de la Commission Européenne le 3 décembre 2021.

Face à cette décision du Conseil d’État, la FFMC et la FFM prendront contact avec le prochain ministre des Transports dès sa nomination afin d’obtenir confirmation des engagements de l’État.

Il devient donc urgent que l’État prenne ses responsabilités afin d’abroger le décret du 9 aout pour mettre en application les alternatives transmises à la Commission européenne.

La FFMC et la FFM restent vigilantes sur la suite de la procédure et n’écartent pas de mettre en place des actions de toute nature.

1 Comment on “CT : COMMUNIQUÉ DE PRESSE FFM ET FFMC DU 18 MAI 2022

  1. Il ne faut pas se laisser embarquer dans ces décisions qui n’améliorent rien du tout.
    La gravité des accidents est liée à d’autres phénomènes que l’état de la moto.
    Agir sur les barrières de sécurité qui sont des tueuses de motards me semble plus indiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*