Contrôle technique moto, va-t-il sauter ?

Vers une alternative simplifiée

Septembre 2012 : NON au contrôle technique

À l’issue d’une réunion tenue en présence d’un représentant de la FFMC et de Sébastien Poirier, président de la FFM, ainsi que du député (LREM) de la Vienne Sacha Houlié, Jean-Baptiste Djebbari, Ministre des Transports, a rappelé que le contrôle technique émanait d’une directive européenne prévoyant des possibilités d’exemption et que ses services allaient travailler à une proposition simplifiée, ayant pour but de répondre aux problématiques de nuisances sonores, de pollution et de sécurité routière.

Un calendrier serré

Pour l’instant, le CT ne se fera pas sous forme d’une visite chez des opérateurs comme pour l’automobile et le décret publié courant août et aussitôt « suspendu » par le président a de fortes chances de se voir purement et simplement abrogé avant la fin de l’année. D’autres mesures concrètes, donc plus pertinentes que la proposition de CT « classique » en faveur de la sécurité et de l’environnement (pollution et bruit) devraient prendre le relai d’ici-là. Les différentes parties ont prévu de se revoir à court terme, dans quelques semaines. Le dossier devrait donc avancer rapidement.

Point de vue de la FFMC 88 et des autres antennes

Aucune date, aucune échéance précise de l’abrogation du décret mais, en interne, on nous demande de ne pas faire de manifestations pendant deux mois le temps discuter du dossier ?

Pour Dominique, ça se traduit par : restez tranquilles le temps qu’on soit réélus. Michel confirme, cette réunion est, de toute évidence, un enfumage électoral.

Qu’en pensent les autres antennes FFMC ?
  • Nicolas (FFMC 26/07) : « la temporisation du décret c’est juste reculer pour mieux nous sauter« 

  • Frédéric (FFMC 65) : « la FBF lance un mouvement national le 2 octobre, les motards sont demandeurs d’actions ( manif ou autres actions)  des associations de motards organisent des manifs et nous à la FFMC ont va attendre 2 mois avant de prendre une décision ?« 

  • Manu (FFMC 12) : « Le combat contre le 80 a duré longtemps. Le 80 était le fait d’Edouard 1er qui l’a imposé sous la pression des associations comme la LCVR. Une fois Édouard 1er débarqué, la patate chaude est passée aux départements, car le gouvernement et la majorité ne voulaient pas subir la colère des usagers durant des mois encore. Il n’y a aucun fondement de sécurité routière dans tout cela. Dans le CT non plus. Et comme pour le 80, ça va durer et revenir… par un biais ou un autre. »

  • François (FFMC 13) : « nous suivons le dossier de très près, à tel point qu’il y a quelques années la 13 était devant le parlement européen pour interpeller les députés lors du premier vote« 

  • Luc (FFMC 78) : « il faut montrer notre détermination en lien avec la FBF. S’il n’y a pas de manif FFMC, pourquoi pas une manifestation commune le 2 octobre.« 

  • Olivier (FFMC 29) : « hier nous étions en réunion mensuelle et avons discuté d’une manif. Je pense que nous la tiendrons malgré leur soi-disant concertation et épandage de poudre aux yeux. Le CT, c’est une chose que nous ne voulons pas Point Final.« 

  • Maurice (FFMC 31) : « Manœuvre pré-électorale : s’il y avait un réel espoir d’élaborer un consensus, pourquoi ne pas commencer par ce qui aurait dû être un prérequis indispensable = abroger le décret d’application ? Arrêtons de nous gargariser du langage de vipère et de confondre « suspension » et « annulation ». Car si rien n’est fait de concret, changement de ministres ou même de président l’an prochain ou pas, le décret s’appliquera dès le 01 janvier 2023.« 

  • Francis (FFMC 84) : « Nous venons, dans le 84, de faire une manifestation contre le CT suivi d’une Assemblée Générale Motarde ou nous avons écoutés les motards présents.Ils sont tous très remontés contre le CT et ne sont pas dupes des tergiversations de nos gouvernants. »

Michel a profité d’un arrêt blocage lors de la manifestation contre le CT de samedi pour questionner quelques participants sur leur motivation : il n’a pas été déçu, les motardes et motards attendent le 2 octobre pour remettre le couvert avec la FBF. Évidemment, à la FFMC 88, on va appeler à suivre, les militants ne comprendraient pas que nous n’y allions pas !