Sécurité routière, bilan ONISR définitif 2019

L’ONISR vient de publier le bilan définitif de la sécurité routière en France métropolitaine et outre-mer.

Par rapport à l’année précédente (2018), la mortalité routière générale stagne, avec une très légère hausse (+ 2 %).

En 2019, 3 498 personnes sont mortes sur les routes contre 3 488 en 2018 : un peu moins de tués sur les autoroutes (- 6), un peu moins de tués sur les routes (- 72) et plus de tués en agglomération (+ 74), essentiellement des usagers vulnérables (vu que les automobilistes ne risquent plus trop de mourir dans leur bagnole en ville à 30 km/h).

  • La mortalité moto est en légère baisse de – 2 %, avec 615 tués en 2019 contre 627 tués en 2018, ce qui représente toujours 19 % de la mortalité générale annuelle.
  • La mortalité auto (VT) est en baisse de – 1 % , avec 1622 tués en 2019 contre 1637 en 2018, ce qui représente 50 % de la mortalité générale annuelle.
  • La mortalité piéton est en hausse de + 3 %, avec 483 tués en 2019 contre 471 en 2018, soit 15 % de la mortalité générale annuelle.
  • La mortalité vélo est en hausse de + 7 %, avec 187 tués en 2019 contre 175 en 2018,  soit 6 % de la mortalité générale annuelle.

L’effet 80 km/h n’a donc pas été très probant puisqu’il a eu peu d’effet sur les usagers motorisés, en tout cas loin des effets « promis » d’avance… mais ils diront que « c’est à cause des Gilets jaunes qui ont bousillé les radars ».

Et bien entendu, le 80 km/h n’a pas du tout eu d’effet sur les usagers vulnérables évoluant en ville, notamment les piétons et les cyclistes, dont la mortalité en hausse vient plomber ce bilan 2019.

Ici le lien vers le communiqué de presse de la DSR : https://www.securite-routiere.gouv.fr/actualites/bilan-definitif-de-laccidentalite-routiere-en-2019

 

En ce qui nous concerne, en conclusion, rappelons-nous que la mortalité moto annuelle poursuit sa baisse, lente mais régulière : depuis 2000, soit en 19 ans, la mortalité moto a baissé de – 26 % alors que la part des motos dans le trafic n’a pas baissé.

Ce point est à relever face à ceux qui tentent de nous assujettir à un CT pour des motifs fallacieux d’augmentation de notre sécurité : la baisse régulière de la mortalité moto s’est faite sans contrôle technique, CQFD !

 

Bien à vous,

Marco – CMSR, secrétariat national de la FFMC