Le billet d’humeur de Luc – avril 2019 (1)

Bonjour,

Je vous rappelle tout d’abord la journée « Faites de la moto » du 14 avril. Les affichettes ont déjà été distribuées chez nos partenaires motocistes et équipementiers depuis une dizaine de jour, et l’affiche va l’être très bientôt. Ouverture à 9 h, fermeture vers 17 h – 17 h 30, entrée gratuite, possibilité d’essayer quelques motos sur le site de l’auto-école CESCA, sous condition d’âge (21 ans) et de permis (3 ans minimum). Sur place également, buvette et sandwichs à prix motard.

Je voudrais ensuite revenir sur l’actualité récente nous concernant :

  • le retour éventuel au 90 sur certains tronçons de route, au bon vouloir des élus et des préfets : c’est une connerie, qui introduit une nouvelle fois une disparité de traitement entre les citoyens. On veut le rétablissement du 90 partout, point ;
  • la communication de la sécurité routière et du ministre de l’Intérieur sur les radars : comme je l’ai déjà signalé, les chiffres de la mortalité ont baissé en novembre et décembre 2018, et ce malgré le 80, la « neutralisation » de 70 % des radars et l’augmentation de plus de 250 % des excès de vitesse (puisqu’un radar aveuglé continue à mesurer la vitesse). C’était la démonstration que les radars n’ont aucune influence sur la baisse de la mortalité routière, ce que nous affirmons depuis longtemps. Mais en février, remontée importante du nombre de morts. C’est donc parce que les radars sont toujours inopérants, CQFD. Sauf que… l’augmentation touche principalement les cyclistes. Il faudra donc une analyse précise des circonstances des accidents pour être certain que leurs causes sont liées aux dépassements de la vitesse autorisée ;
  • la « neutralisation » et la destruction des radars : n’ayant jamais appelé à ce type de comportement, nous constaterons simplement que la démonstration a été faite de l’inutilité des radars dans la baisse de la mortalité routière. Pour autant, la sécurité routière n’en a tiré aucune leçon puisqu’elle va mettre en service d’ici la fin de l’année pas moins de 400 radars nouvelle génération, perchés sur des poteaux (donc plus difficiles à aveugler) et qui, bien que pour le moment uniquement agréés pour le contrôle de la vitesse, sont équipés pour d’autres infractions telles que le non port de la ceinture, le téléphone au volant, etc. ;
  • la vignette Crit’air : même si nous ne sommes pas concernés dans le département, un simple déplacement à Nancy ou Strasbourg va nous obliger à en acheter une. Donc restriction de circulation, voire impossibilité pour les motos trop anciennes. C’est socialement discriminant et, en outre, totalement inutile au moins pour les motos qui sont un moyen de fluidifier la circulation, et cela a été démontré. Enfin, quand on sait que les avions et les bateaux ne sont pas concernés par les accords type COP21, on peut s’interroger sur l’efficacité des mesures prises ;
  • a contrario, il n’est pas non plus inutile de s’interroger sur le comportement des usagers de la route. L’individualisme actuel est un phénomène reconnu, qui conduit certains individus à avoir un comportement asocial. Deux exemples : le téléphone au volant, en constante augmentation, et la non-utilisation des clignotants. Dans le premier cas, je sais que c’est dangereux pour les autres (et en particulier pour nous motards) mais je m’en moque, moi d’abord. Dans le second cas, je sais qu’indiquer aux autres la direction que je vais prendre est une question de politesse au départ, et aussi de sécurité, mais là aussi, je m’en fous. Allez gueuler contre le gouvernement, quand on n’est pas capable de respecter les règles de bases de la vie en société. C’est aussi un de nos combats de longue date, le vivre ensemble et le partage de la route.

À bientôt,

Luc