Communiqué de presse – Silence embarrassé

De très bons chiffres pour la sécurité routière…

Les chiffres viennent de paraitre : la mortalité routière de ce mois de mars 2018 et du premier trimestre sont en baisse, en forte baisse même selon l’appréciation de la sécurité routière.

Mieux, tous les autres indicateurs sont également en forte baisse.

Ainsi, si le nombre de décès recule de 13.5 % (231 contre 267), le nombre d’accidents corporels recule également de 18.6 %, le nombre de blessés de 17.5 %, et le nombre de personnes ayant dû être hospitalisées plus de 24 h de 28.4 % pour le mois de mars 2018 par rapport au mois de mars 2017.

En ce qui concerne le premier trimestre, le nombre de tués a reculé de 6.1 % soit 44 décès en moins…

De quoi se réjouir, franchement, sans détour, et continuer d’œuvrer pour la sécurité routière.

… non communiqués

Mais, car il y a un mais… Avez-vous entendu le Premier ministre se féliciter de ces excellents chiffres ? ou M. Barbe exprimer un quelconque satisfécit dans la presse et sur les ondes ?

Pas du tout. Pourtant ils connaissent la procédure pour afficher des placards entiers dans la presse, des doubles pages même, souvenez-vous : pour faire la propagande sur l’extraordinaire mesure des 80 km/h, et communiquer sur ses incroyables effets attendus, que n’ont-ils pas fait ! Aux frais du contribuable, bien sûr…

Mais là, alors que les chiffres vont exactement dans le sens de ce qui est prétendument souhaité, rien. Zéro. Absence. Silence…

Le problème est que cette amélioration arrive à un mauvais moment. Car bien sûr, vous aurez tous noté que cette magnifique embellie ne doit rien aux 80 km/h puisque cette règle n’est pas encore appliquée !

La FFMC confortée dans ses actions

En tant que Fédération Française des Motards en Colère, impliquée depuis si longtemps dans l’amélioration de la sécurité routière, nous nous réjouissons sans réserve de cette amélioration sans précédent depuis 2010 (à part 2013 au même niveau). Tant de vies épargnées, tant de blessés en moins ne peuvent que nous inciter à continuer nos actions.

Mais en tant que citoyens, nous voulons dire notre écœurement devant le cynisme de nos dirigeants qui sont mutiques devant ces chiffres, car ils ne servent malheureusement pas leur discours. Une telle malhonnêteté intellectuelle est insupportable. Qu’aurions-nous entendu si les chiffres avaient été mauvais ! C’eût été de la faute des usagers, irresponsables, criminels même, et les mesures annoncées auraient été mises en avant comme autant de solutions définitives à un massacre constaté.

Ce silence introduit un « gros malaise ». Monsieur Barbe, êtes-vous heureux de cette baisse de l’accidentalité ?

Monsieur le Premier ministre, vous réjouissez-vous de ces bons chiffres ?

Espérons que nos élus sauront vous poser ces questions simples, élus devant lesquels vous ne pourrez pas fuir vos responsabilités.

Quant à nous FFMC, nous sommes dans la même attitude que celle que nous adoptons depuis le début : nous nous réjouissons de cette embellie routière, nous notons la preuve éclatante que les 80 km/h n’ont aucun rapport avec la sécurité routière et nous trouvons, dans toutes ces vies épargnées, toutes les bonnes raisons de continuer nos actions de prévention et d’information.

Que nos politiques fassent de même, et qu’ils constatent leur erreur ! Ils en sortiraient grandis, ils pourraient mettre enfin en place une stratégie concertée avec tous les acteurs de la sécurité routière, et mettre un terme définitif à cette démarche rentière qui les obnubile tant.

Appel à manifester le 5 mai

En attendant la mobilisation de tous et toutes, motards, automobilistes, camions, taxis, ambulances, etc. ne doit pas faiblir.

Nous appelons tous les usagers de la route à se rassembler à Épinal, Nancy et Metz samedi prochain pour manifester et montrer que notre détermination faiblit d’autant moins qu’elle est confirmée dans ses dires, de façon tangible, par la réalité du terrain.

Pour le Bureau de la FFMC 88,
Le coordinateur Jean-Luc DUBOIS