Permis et moto-écoles : examens, oui, formation, non !

Les professionnels de la conduite ont subi le confinement de plein fouet. Pas de leçons, pas de ressources. Ce deuxième confinement a, de plus, vu un paradoxe côté éducation routière : le gouvernement a autorisé le passage des examens du permis de conduire – indispensable à beaucoup pour aller travailler ou trouver du travail -, mais pas l’enseignement de la conduite ! Pourtant, la distanciation, les mesures barrières, ce sont deux personnes dans une voiture en leçon et trois pendant un examen ! Où est la logique ? Quant à l’enseignement et au permis moto : aucun problème sanitaire puisque l’équipement fait barrière.

La réouverture des écoles de conduite ne résoudra pas les problèmes : le retard pris ne sera pas rattrapé, comme en mai d’ailleurs. Entre le protocole sanitaire à appliquer et le manque de places de permis (récurrent depuis des années et aggravé par la crise sanitaire), il faut faire le deuil d’une formation/présentation permis rapide. Autant dire que, là aussi, il y aura des laissés-pour-compte. D’autant que les jeunes conducteurs, qui bien souvent ont des moyens limités, pourront difficilement s’offrir un véhicule acceptable par Crit’Air…

Pendant ce temps, les plateformes numériques qui proposent de la formation pas chère (la qualité va avec…) et qui précarisent les formateurs continueront de prospérer. Rien d’étonnant vu que l’actuel président est le même qui, quand il était ministre de l’économie, a promotionné l’ubérisation… Le même qui viendra ensuite nous parler de sécurité routière pour justifier plus de répression.