Une première « Faites de la moto » très fraiche !

Un dimanche « faites de la moto » basé sous le signe de l’absence. Absence de certains exposants, expliquée ou non, et surtout absence de soleil (si ce n’est quelques éclaircies bienvenues) qui fit virer bleu Schtroumpf plus d’un bénévole, ce qui expliqua aussi sans doute un public assez limité.

Oui, mais la moto, c’est aussi la convivialité, et c’est ce qui fit qu’une journée potentiellement galère se termina avec le sourire.

Gentillesse des filles de la WIMA qui avaient bravé la neige pour faire de cette « Faites de la moto » la conclusion de leur weekend de balade dans les hauteurs des Vosges (ça, c’est de l’esprit motard comme on l’aime !).

De gauche à droite :
Dominique, Anne, Marie, Fabienne, Marie-Jo, Maryse

Disponibilité du personnel de Motorcycles Center qui avaient fourni les motos à l’essai : une KTM 790 vite surnommée « missile sol-platane », une Guzzi V85 TT qui en convainquit plus d’un·e et le monstre mutant Yamaha Nikkei semblant sortir tout droit d’un Star Wars, le tout sur le terrain parfaitement sécurisé de l’autoécole Cesca ; ils suscitèrent aussi l’admiration avec une très belle prépa café-racer sur base de Zéphyr 750 (sous les yeux humides de son ancienne propriétaire !)

De gauche à droite :
3 « Motorcycles Center », 3 FFMC 88 (William, Jean-Luc et Luc),
1 nouvel adhérent et sa fille, 1 Mutuelle des Motards (Marsu)
et 2 des machines à essayer.

Mais il y avait également les motos des participants, dont un « bitza » d’outre-espace conçu pour dévorer les dunes (après enquête approfondie, la base est une Transalp, mais version Mad Max) – dont la propriétaire fit une superbe démonstration d’enjambage de grand trail digne d’une gymnaste de haut vol – et une rarissime BM version « Paris-Dakar ».

Les opérations de récupération de casques destinés à nos amis pompiers, et de gants pour le projet philanthropique en Tanzanie de la WIMA, furent également des réussites, merci aux donateurs.

Le stand FFMC 88 prêt à accueillir les visiteurs dès l’aube (enfin, dès 9 h)…
heureusement qu’il y avait du café très chaud !

Convivialité, disions-nous qui, comme vous l’avez compris, fit toute la différence. C’est promis, pour l’an prochain, on a déjà commandé le soleil !

Thomas