Assises 2018 (la réunion annuelle de toutes les FFMC)

Durant le weekend de Pentecôte (19-20-21 mai), se sont tenues les « Assises » de la FFMC, à savoir l’Assemblée Générale annuelle du mouvement des motards en colère, qui réunit les antennes départementales de la FFMC, les associations adhérentes, la Mutuelle des motards, l’Association pour la Formation Des Motards et la FFMC Loisirs.

Les Assises de la FFMC permettent l’approbation du rapport moral du Bureau National pour la période écoulée, l’approbation des comptes nationaux, etc., mais elles apportent également un temps de réflexion et d’échanges entre toutes les antennes du Mouvement.

Sécurité routière : doit-on continuer la lutte et comment se faire entendre ?

Après plus de 400 manifestations contre la politique de « sécurité rentière » du gouvernement et notamment la limitation à 80 km/h à partir du 1er juillet prochain sur les routes sans séparateur central, les antennes de la FFMC se sont demandé comment faire entendre nos arguments à un Premier ministre qui met en avant son sentiment personnel, face aux arguments des représentants des usagers et des élus (collectivités locales, sénateurs) ?

Dans ce contexte, les participants de l’Assemblée Générale ont estimé que la FFMC ne pourra pas parvenir à stopper seule ce gouvernement et son Premier Ministre sur ce projet des 80 km/h. Au-delà des rapprochements déjà effectués avec les associations représentatives des automobilistes (comme « 40 Millions d’Automobilistes »), les structures présentes ont opté pour la possibilité de participer ou non à certaines manifestations qui formulent actuellement des revendications sociales faire, tout en restant clairement détachés des partis politiques et en respectant les valeurs statutaires de notre Fédération sous réserve qu’il ne s’agisse pas d’une action organisée par les antennes et que chacun y participe individuellement avec les couleurs FFMC.

Trois questions ont été posées, avec vote à main levée :

  • Doit-on continuer les actions ? OUI
  • S’il le faut, doit-on agir au-delà du 1er juillet ? OUI
  • Doit-on agir à visage découvert ? OUI

 

Positionnement de la FFMC en fonction de l’évolution des technologies et contraintes environnementales

Les Assises de cette année ont également amené le mouvement à réfléchir sur l’avenir de la moto face aux nouvelles réglementations, aspirations du public et nouvelles technologies. La moto de demain sera-t-elle électrique ? autonome ? communicante avec les autres véhicules ? Quelle place nos véhicules actuels auront-ils dans ce nouveau monde ? L’approbation d’une résolution permet dorénavant d’élargir nos statuts à la prise en compte de cette question environnementale.

 

Prospectives FFMC

Trois sujets ont été abordés sous forme de présentation :

1. Énergies et véhicules : faisons le point

L’énergie ne se consomme pas, elle se transforme (l’énergie « verte » n’existe pas). La transformation de l’énergie entraine la création de sous-produits indésirables (dans le secteur routier par exemple, les particules fines sont issues de la combustion du diésel, mais aussi de la poussière de frein et de l’usure des pneus). Un véhicule thermique a un rendement de 20 % alors qu’un véhicule électrique a un rendement global de 50 %. Cependant, la production électrique mondiale est issue en grande partie de sources polluantes (charbon) et non renouvelables (gaz).

2. Pollution atmosphérique : comment la réalité environnementale est-elle observée, mesurée et prise en compte par les politiques publiques ? Conséquences pour les 2RM et comment y faire face.

Tous les secteurs d’activité humaine sont susceptibles d’émettre des polluants atmosphériques. La complexité de la pollution est liée à sa grande diversité. L’enjeu actuellement est d’être capable d’identifier et mesurer les polluants en temps réel, et identifier les principales sources primaires et secondaires ce qui se fait grâce à des outils de modélisation et des critères de (dépassement de) niveaux clairement fixés. En ce qui concerne les facteurs d’émission du trafic routier et notamment des 2RM, il est indispensable de connaitre précisément le parc de véhicules en circulation avec précision avec des données réactualisées au moins tous les cinq ans

3. Sécurité, mobilité, environnement : quels enjeux pour les constructeurs 2RM à l’horizon 2020 ?

L’ACEM (Association des Constructeurs Européens de Motocycles) a pour objectif de protéger les Européens contre les accidents de la circulation, la mauvaise qualité de l’air et le changement climatique, avec de nouvelles solutions de mobilité adaptées à l’évolution de leurs besoins et la défense de la compétitivité de l’industrie européenne. L’objectif à long terme de l’UE consiste à se rapprocher du zéro décès et accidents graves d’ici 2050 (« Vision Zéro »), avec un objectif intermédiaire de moins 50 % entre 2020 et 2030.

L’industrie de la moto s’engage pour une Europe plus compétitive en termes de mobilité automatisée et connectée. Un accord C-ITS (Système de transport intelligent coopératif) a été signé entre tous les membres de l’ACEM pour s’engager à proposer au moins un modèle STI. Le CMC (consortium des motos connectées) s’est donné pour mission de rendre la conduite en moto plus sure en les intégrant dans les futures stratégies mondiales de STI.

Côté pollution, l’ambition européenne est de diminuer les gaz à effet de serre de 60 %. C’est ainsi que se développent des alternatives plus légères adaptées à la mobilité personnelle, respectueuses de l’environnement, notamment les 2RM électriques considérés comme avantageux pour l’environnement (pollution, bruit) et économiques.

 

Le Bureau National 2018

À l’occasion des Assises 2018, les postes de Pierre-Henri Marchand et de France Wolf au Bureau National arrivaient à échéance. Ils n’ont pas souhaité renouveler leur candidature. Le départ de France a été particulièrement salué, après 4 mandats et 12 années passés à défendre les intérêts des motard·e·s au sein du Bureau National.

 

Le bureau FFMC 2018 (de gauche à droite) :

  • Francis
  • Richard
  • Céline
  • Michel
  • Zib
  • Fabien
  • Frédy

 

L’Assemblée Générale 2019 se déroulera à Vichy.